Accueil
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2011 JoomlaWorks, a business unit of Nuevvo Webware Ltd.

Assemblée Générale annuelle d'Ibuka France le 4 Février 2017

Vous êtes convoqué(e) à l'Assemblée Générale annuelle ordinaire de votre association Ibuka France qui se tiendra le Samedi 4 Février 2017 de 14h00 à 18h00 à l'adresse: Maison des Associations,  38, Bd Henri IV, 75004 Paris (Entrée au 3, rue des Lesdiguières ) Métro : Bastille

L'ordre du jour : 

  • Présentation du Rapport Moral Année 2016 
  • Présentation du Rapport d'Activités et Financier Année 2016
  • Perspectives 
  • Questions diverses

Rappel: Pour le bon déroulement des activités de votre association, nous vous demandons, à l’occasion de cette Assemblée générale annuelle, de vous acquitter, si vous ne l’avez pas encore fait, de votre cotisation de l’année 2016 et d’en faire autant pour 2017 d’un montant de 20 Euros par chèque à l’ordre d’Ibuka France et l'envoyer à l’adresse : Maison des Associations, 23 rue Greneta, 75002 PARIS

ou par virement bancaire dont voici ci-dessous le Relevé d’Identité Bancaire /International Bank:

Code banque 

Code guichet 

N° de compte 

Clé RIB 

30004

00363 

00010075669 

 77

|BAN : FR76 3000 4003 6300 0100 7566 977

BIC(Bank Identification Code): BNPAFRPPBBT

Nous comptons sur votre présence et soutien

 

Communiqué de Presse: contre la libération anticipée de génocidaires rwandais

Hier, nous avons appris par une dépêche de l’AFP que le juge Theodor Meron a accordé une libération anticipée à deux prisonniers rwandais condamnés pour leur implication dans le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Parmi eux, il y a l’historien Ferdinand Nahimana, condamné pour son implication au plus haut point dans la création, dans le recrutement des journalistes, dans le fonctionnement et dans la définition de la ligne éditoriale de la Radio Libre des Mille collines (RTLM), celle qui, dès août 1993, a fait campagne contre l’application des accords de paix, semant la peur et la haine, appelant à la guerre ethnique. Celle qui, dès avril 1994, s’est instituée comme l’état-major des mots, diffusant les directives visant clairement à ériger des barrières, à contrôler la circulation des Tutsi et à les massacrer sans distinction.

La libération anticipée des prisonniers est une pratique courante. Le juge Meron n’a pas violé le Code pénal. Mais on peut se demander si elle est accordée sans condition. Nahimana Ferdinand n’a pas été condamné pour un crime isolé et marginal, mais pour avoir contribué à conditionner des milliers de personnes à commettre un génocide. A notre connaissance, cet homme n’a jamais reconnu sa faute et n’a jamais exprimé un quelconque remords. Selon la dépêche, Nahimana aurait montré des signes de réhabilitation. Le juge Meron aurait soulagé les rescapés en les rendant publics. Ils sont aujourd’hui accablés par une mesure prise dans l’ignorance totale de leur souffrance et sans aucune considération pour la mémoire des victimes.

Pour ces motifs, nous demandons au nouveau Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres de relever le Juge Theodor Meron de ses fonctions dans le dossier Rwanda. Sa présidence du TPIR s’est illustrée par des décisions par trop clémentes à l’égard des responsables au sommet du gouvernement rwandais qui a orchestré le génocide.

Par respect pour l’indépendance de la justice, nous avons évité de le dénoncer. Mais s’il entreprend de les libérer l’un après l’autre, nous craignons que cela annule les effets d’une action initiée par la communauté internationale afin de pacifier et réconcilier par la vérité et la justice le peuple rwandais. Au nom de leur responsabilité à prévenir et réprimer les actes de génocide, nous invitons les Etats membres de l’ONU à ne pas se rendre complices d’une mesure qui s’apparente au déni du génocide et à l’impunité de ceux qui l’ont perpétré. Aussi, nous leur demandons de ne pas recevoir sur leur sol des hommes condamnés pour ce crime et libérés avant d’avoir purgé la totalité de leur peine.

Peut-on dénoncer les discours nauséabonds qui circulent aujourd’hui sur les réseaux sociaux et traiter avec légèreté la propagande de haine qui a précédé et accompagné le génocide des Tutsi ?

Fait à Paris, le 16 décembre 2016

Marcel Kabanda, Président d'Ibuka France 

Contact : e-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

Procès en appel de Pascal Simbikangwa

Condamné à 25 ans de prison en 2014, quelques semaines avant les commémorations du vingtième anniversaire du génocide des Tutsi, le procès en appel de Pascal Simbikangwa se tient du 25 octobre au 3 décembre 2016 (avec le délibéré et le verdict le samedi) à Bobigny. Le planning prévisionnel d'audiences (sous réserve de modifications), cliquer ICI

Pour suivre ce procès, vous pouvez lire toute l'actualité sur le site du CPCR, partie civile dans le procès, en cliquant  ICI  et aussi sur le site de notre cellule locale de Chalette, ICI

J1: Mardi,  le 25 octobre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI 

J2: Mercredi, le 26 octobre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI 

J3: Jeudi, le 27 octobre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J4: Vendredi, le 28 octobre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J5: Mercredi, le 2 novembre: compte-rendu de la journée, ICI

J6: Jeudi, le 3 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI 

J7: Vendredi, le 4 novembre: compte-rendu de la journée, cliquer  ICI 

J8: Lundi, le 7 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, cliquer  ICI 

J9: Mardi, le 8 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, cliquer ICI

J10: Mercredi, le 9 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, en cliquant ICI

J11: Jeudi, le 10 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, en cliquant ICI 

J12: Lundi , le 14 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J13: Mardi, le 15 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J14: Mercredi, le 16 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J15: Jeudi, le 17 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J16: Vendredi, le 18 novembre: compte-rendu de la journée, en cliquant ICI

J17: Lundi, le 21 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, en cliquant ICI

J18: Mardi, le 22 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J19: Mercredi, le 23 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J20: Jeudi, le 24 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, cliquez ICI 

J21: Vendredi, le 25 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR , cliquez ICI 

J22: Lundi, le 28 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, cliquez  ICI

J23: Mardi, le 29 novembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI 

J25: Jeudi, le 1er décembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI

J27: Samedi, le 3 décembre: compte-rendu de la journée sur le site du CPCR, ICI 

 

Agenda: Programme d'activités 2017: mis à jour au fur et à mesure

A Paris

Janvier 2017

  • le 26 janvier à l’UNESCO à Paris: Ibuka France participe au Campus UNESCO sur le thème : «Déconstruire les discours de haine», dans le cadre de la Journée internationale en mémoire des victimes de l’Holocauste. En effet, l’UNESCO propose régulièrement des CAMPUS destinés aux collégiens et lycéens sur les grandes problématiques contemporaines que porte l’Organisation. Chaque Campus UNESCO permet à quelques 200 jeunes de rencontrer et de dialoguer avec 3 experts (UNESCO, ONG, chercheurs, historiens) pendant près de 2 heures.
  •  le 27 janvier: la journée internationale de la mémoire des génocides et la prévention des crimes contre l’humanité : Ibuka France participe au colloque organisé par l'Université de Bourgogne en marge de l’inauguration par la Mairie de Dijon d’un espace en hommage aux victimes de la guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides. 
  •  le 28 au 29 janvier: Ibuka France organise une rencontre des rescapés à Nantes venant de Rennes, Nantes, Niort et environs pour leur permettre de sortir de l’isolement pour un certain nombre d’entre eux, faire connaissance et échanger sur les difficultés que peuvent rencontrer celles et ceux qui ont traversé la vallée de la haine et l’épreuve du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994
  • le 30 janvier : Ibuka France participe à la journée de commémoration des génocides (Shoah, Cambodge et Rwanda) organisée par le centre ORT France (Education et Formation) au Collège - Lycée ORT à Villiers le Bel.

Février 2017 

  • le 2 février: réunion avec la direction de MdM sur notre partenariat et le programme de soutien psychologique aux rescapés 
  • le 4 février : Assemblée générale d’Ibuka France 

Mars 2017

  • le 5 mars : une conférence est organisée par une association juive « Le B’nai B’rith Ben Yehuda » France à Paris sur les génocides avec mention spéciale sur le génocide des Tutsi. Ibuka France y participe avec une musique rwandaise et un film sur le génocide des Tutsi.
  •  le 8 mars : journée internationale de la femme : proposition en cours à la Mairie de Paris pour un spectacle culturel : danse rwandaise. Promouvoir la découverte des autres cultures est un élément constitutif du combat pour la compréhension mutuelle et contre le racisme et les discriminations que génère le déni de l'autre. 
  • le 11 mars : Rencontres de Marseille du 9 au 12 mars sur la « propagande et enrôlement : outils de guerre » organisée par l’académie : au lycée Victor Hugo, Marcel Kabanda animera une conférence débat sur le thème : « Postures face à la propagande» : approche du thème au vu de la situation au Rwanda 
  • du 18 au 26 mars,Ibuka France participe à lasemaine parisienne de lutte contre le racisme et l'antisémitisme avec la Mairie de Paris et la ligue de l’enseignement de Paris avec une projection d'un film sur les justes, ceux qui, au péril de leur vie, ont sauvé les Tutsi menacés de mort. Bonne illustration du refus de la discrimination. 
  • du 27 au 31 mars: Ibuka France participe à la troisième édition de la Semaine de la Mémoire, de l’Engagement, de la citoyenneté et de la Solidarité Internationale sur le thème "Semer quelques graines pour qu'ils deviennent des citoyens actifs" organisée par le Lycée Polyvalent Régional Thierry Maulnier à Nice.  

Avril 2017

  • le 5 avril: dans le cadre de l'Université Populaire du Centre Medem, Ibuka France participe à une conférence/cours ayant pour le thème - Juifs-Tutsi
  • le 7 avril : thème de l’année : «Trauma et reconstruction : prise en charge psychologique et sociale des rescapés du génocide des Tutsi" Programme proposé : 
    • 14h : rassemblement public au Jardin de la Mémoire (Parc de Choisy) 
    • 16h : dépôt d’une gerbe de fleurs au Père Lachaise 
    •  19h : jusqu’au matin : veillée (chants de deuil, photos accrochées, témoignages, mots d’amitié et sympathie des invités associatifs, etc ) au siège de Médecins du Monde.
  • Interventions à Saint Didier (Villiers le Bel 95) auprès des élèves de 3ème: une journée sur les génocides sur les 3 grands génocides du XX siècles organisée par l’Ecole: réfléchir à travers les différentes interventions sur les mécanismes qui ont pu être mis en place pour arriver au génocide... Dans ce cadre, l'intervention de témoins permet de donner corps et chair à l'Histoire.
    • le 20 avril après-midi sur le site d'Arnouville 
    • le 28 avril sur le site de Villiers le Bel 

Juin 2017 

  •  le 4 juin : un colloque co-organisé avec le Mémorial de la Shoah en hommage de Naasson Munyandamutsa pour son engagement sur « la prise en charge psychologique et sociale des rescapés du génocide des Tutsi" 
  •  date à définir : Ibuka France partenaire avec la troupe UZ et Coutumes dans un événement théâtral prévu à Vincennes (dépt 94) 

A Chalette

  • le 22 janvier: Assemblée Générale de la Cellule 
  • le 27 janvier : Journée d'Information sur les génocides. Dépot de fleurs au monument de Chalette (18h) 
  • le 4 février : Assemblée Générale Ibuka France 
  •  le 7 avril: Participation aux activités des 23èmes commémorations à Paris 
  • le 9 avril: dépôts de fleurs et moment de recueillement à Chalette (Monument) 
  • le 13 mai : Participation à la Journée Anticoloniale à Chalette 
  •  le 14 mai: Journée des 10 ans de la Cellule: Randonnée de la Mémoire, dépôt de gerbe au pied du Monument, à Chalette ,et pique nique convivial au Lac de Chalette 
  • le 14 au 16 juillet: Participation à la Fête de Chalette 
  • début juillet: Participation à la Fête de L'Europe à Amilly 
  • début septembre: Participation à le Fête des Croqueurs de Pavés à Chalette 
  • mi novembre: Participation au Marché du Monde de Montbouy 
  • 25 et 26 novembre: Participation au Festival du Livre Engagé à Chalette 
  •  fin novembre: Participation à la Semaine des solidarités internationales 
  • décembre: Participation aux Marchés de Noel d'Amilly et Chalette (16 et 17) 

A Lyon

  • le 07 avril 2017: commémoration du 23ème anniversaire à la Place Antonin Poncet 69002 Lyon au mémorial du génocide des Arméniens et des autres génocides du 20ème siècle à 18h00: prise de paroles, dépôt de fleurs et marche jusqu'au pont de la Guillotière où des fleurs seront jetées dans le Rhône en mémoire des victimes jetées dans les rivières et lacs
  • le 15 avril 2017: veillée commémorative à la Maison des Passages au 44, rue Saint Georges 69005 Lyon dès 18h30
 

Communiqué de Presse d'Ibuka France

La Cour d'assises de Bobigny a confirmé la condamnation du Capitaine Simbikangwa à 25 ans d'emprisonnent pour son implication dans le génocide commis contre les Tutsi du Rwanda en 1994. Ibuka France s'en félicite.

Ce verdict est une justice aux victimes, un démenti aux négationnistes et à tous ceux qui, depuis 22 ans en France, entretiennent le doute sur le génocide des Tutsi et jettent périodiquement le désarroi dans le coeur des survivants. Cette décision constitue enfin une source de consolation aux rescapés et un soutien à leur reconstruction. Ibuka France tient à remercier tous ceux qui ont rendu possible ce procès et ont travaillé pour apporter à la Cour et aux jurés tout ce dont ils avaient besoin pour comprendre. Au premier rang d'entre eux, il convient de citer le CPCR.

Sur la base de ce verdict qui confirme une condamnation prononcée il y a deux ans en première instance,

  • plus personne en France ne devrait se permettre de banaliser ce qui s'est passé en 1994 au Rwanda,
  • nous appelons les pouvoirs publics à prendre davantage au sérieux la question et à renforcer par des moyens accrus la juridiction chargée d'instruire le dossier du génocide des Tutsi. 

Fait à Paris, le 3 décembre 2016

Contact:  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Page 1 sur 21