Economie

L’économie du Rwanda est principalement marquée par sa forte dépendance de l’agriculture (40% du PIB), une croissance annuelle de plus de 6 %, un développement des services, une faible industrialisation et une très forte densité démographique (>300 hab./km²). L’inflation est d’environ 4 %, et, si le PIB par habitant est d’environ 200 € par an, le PIB PPA annuel (pondéré par le pouvoir d’achat) moyen par habitant est de 945 dollars. Son indice de développement humain est de l’ordre de 0,40 en 2002, c’est-à-dire dans la moyenne des pays voisins.

En décembre 2004, un euro valait 740 francs rwandais (aujourd’hui 820 FRW). Il n’y a plus de change « au noir », le gouvernement a structuré la profession, après avoir emprisonné quelques récalcitrants. Un économiste dans une administration peut toucher 100 000 francs par mois, soit 135 euros. Un maître-assistant à l’université peut toucher environ 175 000 francs par mois, soit 235 euros. Les salaires de l’administration sont effectivement payés. À Kigali, un chauffeur pour une journée demande 5000 francs, soit 6,76 euros. Une course en taxi individuel pour environ 5 km à Kigali revient à 2000 francs, soit 2,70 euros, une coupe homme chez le coiffeur environ 700 francs, une heure d’Internet dans un cyber-centre 500 francs, une brique d’un demi-litre de lait UHT 450 francs, une bouteille de 33 cl d’eau de source 250 francs, une brochette de chèvre-frites environ 600 francs (variable), une heure de parking au centre de Kigali 100 francs.

Le Rwanda dispose de quelques ressources minérales, telles qu’étain, columbo-tantalite (minerai de niobium et tantale, souvent dit coltan), or, tungstène et béryl. Hormis la question de l’eau courante qui manque à beaucoup, l’un des problèmes majeurs du Rwanda est celui de l’énergie. En 2005 moins de 4 % des Rwandais sont branchés au réseau d’électricité, et ce réseau est loin de couvrir les besoins de ses abonnés qui subissent de fréquentes et longues coupures. Les possibilités de développement local de la production d’énergie sont subordonnées à des accords avec les pays voisins, dans une région marquée par une grande instabilité politique qui plombe les projets possibles.

Le secteur du bâtiment se porte bien. Kigali est passé en vingt ans de quelques dizaines de milliers d’habitants à près d’un million.

Le gouvernement a une perspective globale qualifiée sous le nom de « Vision 2020 ». Ce projet directeur table sur une croissance de 7 %, un développement du secteur privé, une modernisation de l’agriculture et veut faire du Rwanda un centre régional de services pour l’Afrique des grands lacs.

Le gouvernement rwandais s’est rapproché des initiateurs du projet du NEPAD et partage leur vision.

Depuis 2001, le Rwanda a réformé de manière constante ses lois commerciales et ses institutions. En 2008, le Rwanda a introduit une nouvelle loi sur les sociétés qui simplifie la création des entreprises et renforce les protections des actionnaires minoritaires. Les entrepreneurs peuvent maintenant créer une entreprise en 2 procédures et 3 jours. Les transactions entre parties font l’objet d’exigences d’approbation et de divulgation plus strictes. Les dispositions juridiques régissant la responsabilité des dirigeants d’entreprise dans le cas de transactions préjudiciables entre les parties intéressées ont également été renforcées. Le Rwanda a amélioré ses réglementations pour faciliter l’accès au crédit par l’adoption de deux nouvelles lois. La nouvelle loi relative aux sûretés mobilières facilite les prêts garantis en permettant à une gamme plus large d’actifs d’être utilisés comme garantie bancaire. La loi permet également une entente extra-judiciaire de sûretés mobilières aux créanciers nantis et leur donne une priorité absolue dans le cadre de la faillite. L’adoption de la nouvelle loi sur l’insolvabilité au Rwanda a simplifié les procédures de réorganisation. Les réformes ont également inclus des mesures visant à accélérer le commerce transfrontalier et l’enregistrement des propriétés foncières. Les retards aux frontières ont été réduits grâce à des heures d’ouverture plus longues, et des exigences en matière de documentation plus simples. Les réformes ont retiré les goulots d’étranglement qui existaient au niveau du registre des propriétés et de l’Administration des recettes fiscales, en réduisant le temps exigé pour enregistrer une propriété de 255 jours[40].

Ceci a permis, pour la première fois un pays d’Afrique subsaharienne, le Rwanda, d’arriver en tête dans les réformes d’après le rapport de la banque mondiale "Doing Business 2010" et de faire un bond de géant (76 places) au classement général en se hissant à la 67e place sur 183 pays évalués ; il était classé 143e l’année d’avant[40].

Le PIB par secteurs[41] : Agriculture : 42,6% Industries : 22,2% Services : 35,2%

Principaux partenaires d’exportations[41] : La Chine : 9,1% La Thaïlande : 8,6% L’Allemagne : 7,3% Les États-Unis : 4,5% La Belgique : 4,1%

Entre 2005 et 2010, le nombre d’enfants par femme est de 5,4[27]. Les dépenses publiques pour la santé sont de 27,3 % du budget de l’État (en 2006)[27].

Bien qu’étant un des pays les plus pauvres du monde, 92 % de la population rwandaise dispose d’une assurance maladie publique, soit plus que dans la plupart des pays développés[28].