AccueilSoutien aux rescapésPoint sur le soutien aux Rescapés en 2016

Point sur le soutien aux Rescapés en 2016

Le soutien aux rescapés : santé mentale et éducation au Rwanda

Le premier avait pour but l’accompagnement psychologique des rescapés. Conduit en partenariat avec MDM par le biais d’un comité de pilotage conjoint et Ibuka Rwanda, il a débuté dans le contexte des procédures Gacaca. A l’époque, tout le monde redoutait l’impact, sur les rescapés, du témoignage, du déni et des aveux. Notre intervention avait deux volets : institutionnel et opérationnel. Sur le plan institutionnel, elle visait le renforcement de l’Association Ibuka afin qu’elle soit mieux à même de remplir sa mission auprès des rescapés. Par le biais de la formation et de la supervision, le volet opérationnel consistait à renforcer les compétences des équipes des thérapeutes déployés par Ibuka dans différentes régions du pays. Dans la pratique, ce second volet a eu plus d’impact que le premier. Etendu depuis fin 2012 aux thérapeutes de l’Association Avega, il a été clôturé en février 2014 après avoir formé une dizaine de superviseurs. De l’avis de tous au Rwanda, ce programme était utile. Il répondait à un vrai besoin. Il a permis aux thérapeutes d’acquérir des compétences mais il faut un minimum de moyens pour que celles-ci soient mises en œuvre. Dans le cadre de notre programme, des psychologues sont été formés, 9 d’entre eux ont reçu un diplôme de superviseurs. Mais l’activité a été quasiment supprimée dans Ibuka, faute de ressources financières.

Dès 2015, avec notre partenaire MdM, poursuite du Projet de programme d'accompagnement psychologique des personnes rescapées du génocide des Tutsi résidant au Rwanda et en France.

Objectif du Projet

En France, l’objectif principal du projet est aller à la rencontre des rescapés dans différentes villes de France, surtout là où ils se trouvent en grand nombre et de trouver les moyens de les rassembler afin d'y recueillir leurs ressentis et besoins afin de préparer un programme expérimental pour leur accompagnement psychologique.

Typiquement :

  • les identifier numériquement, nominativement et localement dans leurs régions respectives en France
  • identifier leurs besoins car nombre d’entre eux connaissent une solitude qui est un sérieux handicap à leur épanouissement et à leur insertion sociale notamment de formation aux métiers
  • identifier des structures d'insertion sociale susceptibles de les aider dans leurs démarches locales d. Identifier les vraies structures susceptibles d'aider financièrement à ce projet d'insertion 

Et les résultats attendus sont : - Mise en visibilité des actions d’Ibuka France à destination des rescapés en France - Renforcement des liens entre Ibuka France et les associations partenaires qui s’occupent de la mémoire des victimes du génocide des Tutsi en France - Création de liens entre les rescapés et leur association Ibuka France - Création de liens resserrés entre rescapés - Obtention de données chiffrées et réalistes du nombre des rescapés et leurs besoins - Identification de listes des structures d’insertion sociale - Rédaction d’un cahier des charges pour un projet expérimental d'un programme d'accompagnement psychologique des rescapés du génocide des Tutsi présents en France en vue de son financement

Mise à jour le Vendredi, 10 Juin 2016 06:21